Econimia domestico

Disponível somente no TrabalhosFeitos
  • Páginas : 7 (1628 palavras )
  • Download(s) : 0
  • Publicado : 8 de junho de 2012
Ler documento completo
Amostra do texto
Page 1/4

Biographie de Thomas Sankara

de Bruno Jaffré

Thomas Isidore Noël Sankara, né le 21 décembre 1949 à Yako en Haute Volté, est issu de l'ethnie Silmimandé, ou encore « Peul-Mossi ». Son père était un ancien combattant et prisonnier de guerre de la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle il se convertit au catholicisme alors qu'il est issu d'une famille musulmane. Il fait l'écoleprimaire à Gaoua où il est aussi enfant de coeur. Il y prend conscience à l'injustice coloniale. Les prêtres comme ses parents s'attendent à le voir rejoindre le séminaire mais il en décide autrement et fait ses études secondaires d'abord au lycée Ouezzin Coulibaly de Bobo-Dioulasso, deuxième ville du pays.

Il souhaitait être médecin mais un concours de circonstance fait qu'il entre au PMK,le Prytanée militaire du Kadiogo à Ouagadougou à partir de la seconde.

Après le bac, il suit une formation d'officier à l'Académie militaire d'Antsirabé, à Madagascar. Le pays vit alors une révolution ou l'armée y joue un rôle déterminant. Il reste une année supplémentaire pour y effectué le service civique qui lui donne l'occasion de faire des séjours à la campagne où l'armée assume des tâchesd'éducation et d'animateur de développement.

Rentré au pays, il organise la nouvelle génération des jeunes officiers ayant été formés dans des écoles militaires à l'étranger qui étouffent dans une armée dirigés par les anciens officiers de l'armée coloniale. Ceux-ci se rassemblent d'abord sur la base de revendications d'amélioration de leurs conditions comme de celles de leurs soldats, ils enviennent peu à peu à créer des structures clandestines proches des militants civils clandestins marxistes. En 1976, il obtient la création du Centre national d'entraînement commando, situé à Pô, dans la province du Nahouri, à 150 km au sud de la capitale dont il prend la tête.

La même année, il se lie d'amitié avec Blaise Compaoré lors d'un stage au Maroc. Alors que l'arrivée d'un nouveaumembre devait suivre une procédure stricte et progressive, Thomas Sankara demande à ses camarades d'accepter Blaise Compaoré sans passer par ses étapes. D'autres militaires qui joueront un rôle de premier plan appartiennent déjà à cette structure, Henri Zongo, Boukary Kabore, Jean-Baptiste Lingani et Abdul Salam Kaboré par exemple. Blaise Compaoré est adopté par le papa de Thomas Sankara, comme unde ses enfants et il déjeune tous les jours en famille quand il est à Ouagadougou.

En septembre 1981, il devient, sous la contrainte, secrétaire d'État à l'information dans le gouvernement du colonel Saye Zerbo. Mais il démissionne le 21 avril 1982, déclarant en direct à la télévision« Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! ».

Le 7 novembre 1982, un nouveau coup d'État portait au pouvoirle médecin militaire Jean-Baptiste Ouédraogo. Certains y voient déjà la main de Sankara, mais en réalité, les initiateurs cherchent alors à bénéficier de sa popularité grandissante, alors que Thomas Sankara pense que les conditions ne sont pas encore réunies. Des luttes internes au sein de l'armée aboutissent à sa nomination comme Premier ministre en janvier 1983. Il effectue alors différentsséjours à l'étranger ou il rencontre d'autres dirigeants du Tiers monde. Il invite aussi Kadhafi à Ouagadougou ce qui exacerbe les luttes internes mais aussi attire l'attention des puissances étrangères. Il est limogé et mis aux arrêts le 17 mai, alors que Guy Penne, conseiller de François Mitterrand se rend à Ouagadougou. Pour Sankara il n'y a pas de doute sur les liens entre ces deux évènements.Blaise Compaoré réussit à rejoindre les commandos de Po dont il a pris le commandement sur proposition de Thomas Sankara. Il refuse de reconnaître le nouveau pouvoir.

D'importantes manifestations de lycées à l'initiative de PAI (Parti africain de l'indépendance) et de l'ULCR (Union des

Copyright © [Thomas Sankara webSite]

Page 2/4

Biographie de Thomas Sankara
luttes communistes...
tracking img